Nos activités en images

Joomla Templates and Joomla Extensions by JoomlaVision.Com

PARTENAIRES FINANCIERS

  • ciddh-logo-amelior.jpg
  • logo-global-woman.jpg
  • Logo-NED.jpg
  • logo-union-africaine.jpg
  • logo_MAMACASH.jpg
Joomla Templates and Joomla Extensions by JoomlaVision.Com
Stendhal   L'admission des femmes à l'égalité parfaite serait la marque la plus sûre de la civilisation, et elle doublerait les forces intellectuelles du genre humain
Simone de Beauvoir   "Jusqu'ici les possibilités de la femme ont été étouffées et perdues pour l'humanité et il est grand temps dans son intérêt et dans celui de tous qu'on lui laisse enfin courir toutes ses chances.
   "Si vous êtes prêt à faire seulement ce qui est facile, la vie sera difficile. Mais si vous êtes prêt à faire ce qui est dur, la vie sera facile. "- T. Harv Eker
   "L’argent ne te rend pas heureux. Ne crois jamais que tu seras heureux le jour où tu seras riche. Si tu n’es pas heureux en cherchant à devenir riche, il Y a de fortes chances que tu ne le sois pas quand tu seras enfin riche. Par conséquent, que tu sois riche ou pauvre, assure toi d’être heureux" - Robert T Kiyosaki - Nos enfants Riches et brillants - Best-seller du New York Times
   La leçon ne peut être comprise que lorsque la raison de l'échec a été intégrée
   "Life is an echo; what you send out comes back" - Chinese proverb
   Le leadership : c'est l'art de faire faire à quelqu'un quelque chose que vous voulez voir fait, parce qu'il a envie de le faire - Dwight Eisenhower
   "Perte d'argent, perte légère ; perte d'honneur, grosse perte ; perte de courage, perte irréparable" - Johann Wolfgang von Goethe
   "Je suis reconnaissant envers ceux qui m’ont répondu «Non»; Grâce à eux, je l’ai fait moi-même" - Albert Einstein
   "Le succès c'est d'avoir ce que vous désirez. Le bonheur c'est aimer ce que vous avez." - H. Jackson Brown
Joomla Templates and Joomla Extensions by JoomlaVision.Com
  • ECOSOCC & CADHP

Mme Koné Julie, Pca du CEFCI : « Nous pensons que Mme Yao Euphrasie pourra mettre toutes ses compétences à la disposition de la femme ivoirienne. »

Le mardi 12 janvier 2016, les Ivoiriens et Ivoiriennes connaissent  la composition du nouveau gouvernement. Il est composé de 36 ministres. Quatre femmes y

font leur entrée, portant à neuf le nombre de femmes ministres. Newsivoire.com, qui s’intéresse à la question du genre, est allé à la rencontre des organisations féminines, œuvrant pour l’égalité homme et femme dans les différents domaines d’activité.

Nous vous présentons, dans cette interview, les attentes de Mme Koné Julie, présidente du conseil d’administration du Centre Féminin pour la démocratie et les droits humains en Côte d’Ivoire (CEFCI), à l’occasion de la nomination de Mme Yao Euphrasie, la nouvelle ministre de la Promotion de la Femme, de la Famille et de la Protection de l’Enfant.

Newsivoire.com : Le nouveau gouvernement du Premier ministre, Daniel Kablan Duncan, composé de neuf femmes contre cinq femmes dans le précédent. Selon vous, est ce qu’on peut parler d’évolution, en termes de représentativité des femmes dans ce gouvernement- là ?

Koné Julie : Nous pouvons parler effectivement d’évolution car l’ancien gouvernement comptait cinq femmes sur 32.Maintenant nous en avons neuf sur 36, nous pensons que de 15% à 25%, c’est une évolution certaine. C’est vrai que beaucoup reste à faire, c’est qu’on aurait pu avoir un quota beaucoup plus élevé mais déjà ce pourcentage nous satisfait dans la mesure où on n’a pas régressé mais on a progressé. Neuf femmes, ce n’est  pas l’idéal mais c’est déjà un pas vers l’atteinte du quota.

Newsivoire.com : Parmi les quatre femmes qui ont fait leur entrée dans ce nouveau gouvernement se trouve Mme Yao Euphrasie  nommée  ministre de la Promotion de la Femme, de la Famille et de la Protection de l’Enfant. C’est une experte en genre. Est ce que vous pensez que c’est la personne idéale pour ce poste ? Et qu’est ce que le CEFCI attend de Mme Yao Euphrasie ?

Koné Julie : Nous pensons qu’elle a sa place pour ce poste parce qu’elle est experte en genre. Elle connait le milieu. C’est la personne qu’il fallait certes, mais nous pensons qu’il ya beaucoup de chantiers qu’elle doit revoir. Nous comptons vraiment sur elle pour qu’elle puisse mettre en application tout  ce qu’elle a appris, tout ce qu’elle a emmagasiné .Nous pensons qu’elle pourra atteindre les objectifs que nous recherchons en matière d’autonomisation de la femme, de scolarisation de la petite fille, d’indépendance de la femme et de représentativité de la femme aux postes de décision. C’est une femme qui a travaillé pour la femme en général, qui a fait en sorte que la femme puisse sortir de certaines situations difficiles, notamment dans la région d’Aboisso, où elle a pu mener certains projets. Nous pensons que c’est une femme qui pourra mettre toutes ses compétences à la disposition de la femme ivoirienne.

Newsivoire.com : Au-delà de l’euphorie de la nomination, beaucoup de défis s’opposent à Mme Yao Euphrasie. Alors selon vous, quelles doivent être les priorités de la nouvelle ministre ?

Koné Julie : Les priorités sont nombreuses. Mais au nombre de ces priorités, nous pouvons penser d’abord à la question du quota. Nous sommes heureuses que le gouvernement compte quand même  25% de femmes mais ce n’est pas suffisant. Nous pensons que si le Burkina Faso et le Sénégal, d’autres pays de l’Afrique ont pu avoir un certain quota de femmes à des postes de décisions, il n’a pas de raison que la Côte d’Ivoire ne fasse pas le pas et ne suive pas le mouvement.

Donc à la nouvelle ministre de la Promotion de la Femme, de la Famille et de la Protection de l’Enfant, Mme Yao Euphrasie, le premier chantier que nous lui confions, en tant qu’organisations féminines, c’est d’abord de faire en sorte que la loi sur le quota soit votée en Côte d’Ivoire. C’est un plaidoyer qu’on a commencé quelques années mais c’est l’occasion qu’elle prenne cela à bras le corps et qu’elle puisse fédérer toutes les énergies. Faire en sorte que les femmes puissent être représentées tant à des poste nominatifs qu’électifs. Car nous pensons que la voix de la femme compte et en Côte d’Ivoire il est temps que la femme ivoirienne joue pleinement son rôle. Il y a aussi d’autres chantiers comme la scolarisation de la petite fille, il y a une loi qui oblige les parents à scolariser leurs enfants. Mais nous souhaitons quelle puisse mettre l’accent sur la scolarisation de la petite fille qui n’est pas encore une réalité dans certaines zones rurales du pays. Donc il faut faire en sorte que les filles aillent le plus longtemps à l’école. Il ne s’agit pas seulement  de mettre la fille au Cp1 mais il faut faire en sorte qu’elle puisse continuer à aller à l’école même après le Bac car le Bac est le premier diplôme universitaire. Il ne s’agit pas seulement de faire la sensibilisation. Il s’agit de mettre les moyens afin qu’il y ait beaucoup plus de collèges de filles ; qu’on puisse restaurer ces internats  de filles qui ont permis à toutes nos mères d’atteindre les niveaux qu’elles ont aujourd’hui. C’est donc tous ces mécanismes que Mme Yao Euphrasie doit voir.

Au niveau de l’autonomisation de la femme rurale, c’est vrai qu’il y a beaucoup de choses qui sont faites en Côte d’Ivoire mais c’est important que Mme yao Euphrasie puisse avoir une équipe qui aille à la base pour recueillir les préoccupations de ces femmes parce qu’elles ont beaucoup de potentialités mais elles ne sont pas suffisamment encadrées. Et qu’elle puisse donner le meilleur d’elles-mêmes pour qu’une femme qui est autonome puisse mettre sa fille ou son garçon à l’école. C’est à l’avantage de la Côte d’Ivoire et ça rentre dans le cadre du développement  de la Côte d’Ivoire.